Tout Sur l'Histoire 21 2017 11-12.pdf

(26829 KB) Pobierz
PUBLICITÉ
Je suis
le fils
de mon
père. Et
ils seront
toujours
à mes
trousses.
Mais je
ne plierai
plus ja-
mais.
Les parents de Malcolm
l’ont toujours poussé
à réaliser ses rêves.
Mais comment peut-il
continuer à espérer,
alors que son père a été
assassiné et que sa mère
est internée en hôpital
psychiatrique ? Malcolm
décide de fuir ce monde
dominé par les blancs,
d’abord à Boston puis
à Harlem où il s’étourdit
de musique, d’alcool
et de danse. Emprisonné
à l’âge de vingt ans,
Malcolm découvre
la religion et devient
Malcolm X, grand prêcheur
militant pour la défense
du peuple noir.
Illustrations : Everett Collection/Superstock
17,90 €
X
Dès 14 ans
Disponible en version numérique - 11,99 €
EN LIBRAIRIE
Éditorial
est édité par FLEURUS PRESSE SAS, société par actions simplifiée
au capital de 500 000 €, 2 villa de Lourcine 75014 Paris
Actionnaire :
UNIQUE HERITAGE MEDIA
Comité de Direction :
Emmanuel Mounier (Président et
Directeur de la publication), Anne-Sophie Jay (Directrice
administrative et financière), Julien Beytout (Directeur
Commercial et Business Development), Odile Kurtzemann
(Directrice des rédactions Jeunesse), Juliette Salin (Directrice des
rédactions Junior et Ados).
Site Web :
www.fleuruspresse.com
RÉDACTION
Directeur de la publication :
Emmanuel Mounier
Directrice de la rédaction :
Juliette Salin
Rédacteur en chef :
Bruno Ferret
Maquette :
Fred Peyrichou
Correction :
Carol Rouchès
A collaboré à ce numéro :
Yves Letort
DIFFUSION
Relations abonnés :
FLEURUS PRESSE – TSA 37505 –
59782 LILLE CEDEX 9
Tél. : 03 20 12 11 10 (lun-ven 9 h-18 h).
Depuis l’étranger (33) 3 20 12 11 10.
Mail : relation.abo@fleuruspresse.com
Depuis la Belgique : Edigroup, tél. : 070 233 304.
Mail : abonne@edigroup.be
Depuis la Suisse : Edigroup, tél. : 022 860 84 01.
Mail : abonne@edigroup.ch
Tarif d’abonnement 1 an (6 numéros) : 34 €.
Gestion des ventes au numéro (réservé aux dépositaires et aux
marchands de journaux) : Destination Media, tél. : 01 56 82 12 06,
fax : 01 56 82 12 09.
Distribution :
Presstalis.
Publicité :
UNIQUE HERITAGE MEDIA
Directrices de publicité :
Marie Cabuil,
m.cabuil@fleuruspresse.com, tél. : 01 56 79 36 51
Nathalie Demougeot, n.demougeot@fleuruspresse.com,
tél. : 01 56 79 36 53.
Fabrication :
Creatoprint, tél. : 06 71 72 43 16
Impression :
Artigrafiche Boccia, Via Tiberio
Claudio Felice, 7, 84 131 Salerno, Italie.
Origine du papier : Italie - Taux de fibres recyclées :
0 % - Certification : PEFC 100 % - « Eutrophisation »
ou « Impact sur l’eau » : P
tot
0,018 kg/tonne
N° de commission paritaire :
0419 K 92404
N° d’ISSN :
2276-2663
Dépôt légal à parution
Tous droits de reproduction réservés sauf autorisation
écrite préalable. © 2017. Les coordonnées de nos abonnés
sont communiquées à nos services et aux organismes liés
contractuellement à Tout sur l’histoire, sauf opposition écrite.
Les informations pourront faire l’objet d’un droit d’accès
et de rectification dans le cadre légal.
Ce magazine est publié sous licence de la société anglaise Future
Publishing Limited. Tous les droits d’utilisation liés à la licence,
incluant le nom All about History, appartiennent à Future Publishing
Limited et ne peuvent être reproduits, en partie ou dans leur
intégralité, sans consentement préalable écrit et délivré par Future
Publishing Limited. © (2016) Future Publishing Limited.
www.futureplc.com
Faits divers
La bête du Gévaudan, Cartouche, l’affaire du collier de la reine… Il suffit de
quelques exemples célèbres pour se convaincre que le fait divers, dans son
acception la plus large du terme, n’a pas attendu l’apparition de la presse
dite « populaire » pour justement l’être, populaire. Ce qui amène à se poser la
question : pourquoi ces crimes, ces « affaires », ces personnages plus ou moins
« héroïques » ont-ils tant attiré l’attention de leurs contemporains ? Pourquoi
de nos jours continuons-nous à être fascinés par tel ou tel meurtre – il suffit de
voir comment l’affaire dite du « petit Grégory » continue d’accaparer l’attention
plusieurs dizaines d’années après que les faits ont été commis – alors que des
personnes meurent par milliers dans d’autres contrées du fait de la guerre, de la
criminalité ou de catastrophes naturelles dans une indifférence polie ?
La première raison que l’on pourrait évoquer est celle de la proximité : on se
passionne forcément plus pour celui qui peut être considéré comme notre
« voisin », qui peut nous ressembler. Autre hypothèse : le « nom ». Qui se souvient
que, le jour où la princesse Diana mourait dans un accident de voiture, trois
cents femmes étaient égorgées en Algérie par des fanatiques ?
Plus encore, ces faits divers renvoient à une forme de voyeurisme, souvent
malsain. Mais il n’y a rien de bien original à faire ce constat. Ce qui est plus
intéressant, c’est de souligner la part de mystère qui fait qu’une affaire
criminelle reste dans l’histoire : si elle avait été capturée rapidement, qui se
souviendrait de la bête du Gévaudan ? S’il avait été arrêté après avoir commis
l’un ou l’autre de ses assassinats, Jack l’Éventreur figurerait-il aujourd’hui
en couverture de ce numéro de
Tout sur l’histoire ?
Il est probable que non,
ce criminel, alors identifié, aurait rejoint l’immense cohorte des voleurs,
assassins, violeurs, escrocs qui ont un jour ou l’autre défié la chronique avant de
sombrer dans l’oubli.
Reste une question qui vaut d’être posée : ces criminels « méritent-ils » qu’on les
évoque ? En ce qui concerne un cas historique comme celui de Jack, pour nous,
la réponse est « oui ». Pas pour l’horreur des crimes commis eux-mêmes. Mais
parce qu’ils permettent de mettre en lumière la réalité de l’époque où ces faits
se sont déroulés. À ce titre, ils dépassent le cadre du fait divers, ils font partie de
l’histoire.
Bruno Ferret
Rédacteur en chef
Crédit images couverture et p. 98 :
Joe Cummings,
Photo12 / Alamy, Andy Andrews/visit Nottinghamshire.
Ce numéro comporte :
- une offre de réabonnement et un catalogue multi-titres
sur une sélection d’abonnés France
- un encart kiosque monotitre broché sur les exemplaires
destinés aux kiosques
Pour nous écrire :
tsh@fleuruspresse.com
3
Tout sur l’histoire n° 21
Sommaire
EN UNE
JACK L’ÉVENTREUR
38
Cinq meurtres inexpliqués, un assassin
À LA POURSUITE DE
insaisissable, l’avènement du phénomène du
tueur en série… Visitons la plus grande énigme
policière du xix
e
siècle, celle de Jack l’Éventreur !
DOSSIERS
46
Le mythe de Robin des Bois
Robin des Bois, preux héros qui vole aux riches pour donner
aux pauvres, légende ou réalité ?
58
Jazz et liberté
La musique, une arme contre la ségrégation.
Le mythe de
JAZZ
Robin des Bois, preux héros
qui vole aux riches pour
donner aux pauvres,
légende ou réalité ?
Par Yves Letort
LIBERTÉ
LA MUSIQUE, ARME
CONTRE LA SÉGRÉGATION.
Par Yves Letort
&
R
46
obin des Bois fait partie de ces
héros justiciers qui ont bercé
nos lectures ou nos visionnages
de films. Depuis l’invention du
cinéma, les adaptations de son
personnage sont innombrables.
Il a ainsi été interprété tour à tour par
Douglas Fairbanks, Errol Flynn, Sean
Connery, Kevin Costner, Russel Crowe et
même par les muscles anabolisés de Lex
Barker, passé de la forêt de Tarzan à celle
de Sherwood ! La littérature n’est pas en
reste. Il suffit de citer Alexandre Dumas
ou bien Walter Scott pour s’en convaincre.
A
Billie Holiday, l’une des plus
belles voix de la lutte contre
la ségrégation.
Une origine médiévale
Mais la légende de Robin des Bois
repose-t-elle sur un fondement
historique ? D’où provient cette histoire
ux États-Unis, le jazz a longtemps été la
musique de la révolte, des faubourgs de
La Nouvelle-Orléans aux caves enfumées
de la Beat generation puis dans les salles
de concert européennes. Le jazz partage
avec le blues une histoire commune, celle de la
lutte pour l’émancipation des Afro-Américains
au cœur des États-Unis d’Amérique plongés
dans la ségrégation raciale depuis les lois « Jim
Crow » de 1876. Musique qui a réussi à sortir de
ses ghettos originels, le jazz (comme le blues)
exprime les souffrances et les aspirations
d’une population opprimée. Son évolution va
suivre un cours parallèle à l’histoire politique
des Afro-Américains, la recoupant à maintes
reprises. Chaque progrès dans les droits civiques
se répercute dans (ou reflète) l’interprétation
de plus en plus libre, de plus en plus lyrique de
musiciens qui, entre-temps, ont quitté un monde
rural pour un univers urbain, fiévreux, et dont
la révolte devient de plus en plus politique.
Traversée de contradictions, de prises de position
extrêmes (ainsi la connexion intense entre le
free jazz et le Black Power), cette musique est
restée la bande-son de la première partie du
e
siècle d’un pays traversé par des crises,
des guerres et la volonté de tout un peuple de
briser les barrières de la ségrégation. En soi,
le jazz n’a pas changé le cours de l’histoire.
Mais il a fait souffler un vent de liberté qui a
porté ceux qui luttaient contre l’oppression.
Même si le jazz a ensuite passé le flambeau à
d’autres formes musicales (les « protest songs »,
le rock, le rap…), son héritage est immense.
47
58
59
TOKUGAWA
EYASU
L’UNIFICATEUR
DU JAPON
Enfant otage, puis lieutenant de deux des plus puissants
seigneurs de guerre de l’archipel nippon, Tokugawa Ieyasu
a réussi l’impossible : unifier le Japon et fonder une dynastie
qui a régné près de trois cents ans.
Par Bruno Ferret
70
Tokugawa Ieyasu
L’unificateur du Japon
Tokugawa Ieyasu a réussi l’impossible : unifier le Japon
et fonder une dynastie qui a régné près de trois cents ans.
VOLUTION
PURIT
AINE
EN
LA
ANGLETERRE
OLIVER
CROMWELL
Il a renversé et fait exécuter le roi d’Angleterre
Charles I
er
au nom de ses croyances.
Mais qui était Oliver Cromwell ?
Par Yves Letort
P
70
atience, prudence, opportunisme,
intelligence stratégique,
détermination… Il a fallu toutes ces
qualités, parmi d’autres, à Tokugawa
Ieyasu pour réaliser son destin
et réussir ce que tant d’autres grands
seigneurs de guerre nippons avaient
échoué à accomplir avant lui : réunir sous
une seule férule, la sienne, l’ensemble
des clans japonais et rétablir la paix sur
un archipel alors en proie à de constants
conflits. Pour arriver à ce résultat, Ieyasu
(son prénom – au Japon, le nom de famille
précède le prénom) a dû traverser de
multiples épreuves et se soumettre,
au moins en apparence, à plusieurs
puissants seigneurs avant de tirer parti
de la vacance du pouvoir pour s’imposer
comme le maître des îles nippones.
Un pays déchiré
Si le Japon a à sa tête un empereur
depuis plus de deux millénaires (les
premiers empereurs, entre 660 av. J.-C.
et 200 apr. J.-C. étant considérés comme
légendaires, le premier « véritable »
empereur attesté est Ojin, qui régna de
270 à 310), le pouvoir de ces princes n’a
pas toujours été des plus concrets. Ce
fut le cas lors de ce qui est connu sous
le nom d’époque Sengoku (ou « époque
des provinces en guerre »), une ère qui
71
Il a renversé et fait exécuter le roi d’Angleterre Charles I
au nom de ses croyances. Mais qui était Oliver Cromwell ?
er
84
Oliver Cromwell
S
’il est un événement qui
a marqué l’histoire de
l’Angleterre, c’est bien la
première révolution qui a
touché le pays : une guerre
civile, un régicide, un gouvernement
puritain qui vire à la dictature religieuse,
avec à sa tête un personnage
fanatisé, Oliver Cromwell. Il y a
là de quoi établir un parallèle
avec bon nombre de situations
historiques depuis cette époque.
se fait désormais appeler Jacques I
er
d’Angleterre, de confession protestante,
se heurte à l’opposition du Parlement,
institution regroupant la Chambre des
Lords et celle des Communes, qui ne veut
pas entendre parler de son intention
d’unifier les couronnes d’Angleterre et
Une période chaotique
e
Au tout début du
siècle,
l’Angleterre connaît une période
chaotique suite à la mort de la
reine Elisabeth I
re
, en 1603. Celle-ci ne
laissant pas de descendance, le trône
d’Angleterre, mais aussi d’Écosse,
d’Irlande et du Pays de Galles, revient à
Jacques VI Stuart, jusqu’alors « simple »
roi d’Écosse. Dès ses premiers pas en
tant que roi d’Angleterre, celui qui
« On sait peu de choses
de la jeunesse de cet homme
né à Huntingdon en 1599. »
d’Écosse. La tension monte jusqu’à son
décès, en 1625, et son remplacement
par son fils, Charles I
er
. Ce dernier a
les mêmes ambitions d’unification
des couronnes que son père, ce qui
attise encore les haines, d’autant
qu’il a épousé Henriette de France,
la sœur de Louis XIII, une catholique.
Dans un pays où l’anglicanisme est
majoritaire, l’union fait tousser…
C’est dans ce contexte qu’Oliver
Cromwell fait une apparition fulgurante,
qui va bouleverser à jamais les îles
britanniques. On sait peu de choses de
la jeunesse de cet homme né à
Huntingdon, près de Cambridge,
en 1599, si ce n’est qu’il appartient
à la
gentry,
la petite noblesse
terrienne, et qu’il fréquente des
collèges fortement imprégnés
de puritanisme, une doctrine
qui considère que la Réforme (le
protestantisme) doit aller plus loin,
en éradiquant le catholicisme.
Pendant ce temps, la vie politique
anglaise connaît de nombreux
soubresauts. Jacques I
er
doit faire face à
plusieurs complots dont le plus célèbre,
la fameuse Conspiration des poudres, en
1605, a été fomenté par la petite noblesse
catholique provinciale du pays.
84
85
4
Zgłoś jeśli naruszono regulamin